Impulsé par Nathan Arnaud en 2015 et pensé à l’origine comme un laboratoire visuel et sonore, la perception du spectacle vivant en de multiples points de vue est au cœur de la démarche. Au fur et à mesure des rencontres humaines et artistiques, des collaborations au long cours ont vu le jour et forment aujourd’hui une équipe de quatre artistes : Elodie Guillotin, Lara Gouix, Pierre Larrat et Nathan Arnaud. Les résidences artistiques territoriales stabilisent la structure tout en laissant une place majeure à la création. La richesse de ce mouvement se trouve dans les échanges transversaux, la complémentarité mais aussi la diversité des individus.

En effet, ces quatre forces vives se distinguent par leurs axes de recherches, et leurs approches singulières. Le collectif permet de redéfinir la place de chacun, ouvre et affirme un vaste champ de possibles dans les actions, les formes et génère un mouvement commun. Il s’agit de la coordination d’un groupe d’individus se déplaçant ensemble dans l’espace et le temps dont chaque élément dessine ses propres trajectoires.


L'équipe


Artistes

Nathan Arnaud

Lara Gouix

Elodie Guillotin

Pierre Larrat

 

Régisseur·se·s son et lumières

Angèle Besson 

Clément Legendre

 

Co-président·e·s

Alexandra Candan

Yves Le Du

Nicole Peron

Laura Quirion

 

Service Civique

Margaux Maignan

 


Nathan Arnaud

Issu d’un parcours non conventionnel, Nathan obtient une licence artistique et culturelle en 2017 tout en développant sa pratique de danseur. Depuis plus de 10 ans, il participe à la direction de projets artistiques et culturels et pilote des festivals et résidences artistiques territoriales. La médiation, la transmission et le lien direct aux publics est fondamentale dans le développement de ses projets. En 2022, il affirme sa posture de chorégraphe en intégrant la formation Édition Spéciale #6 au CND à Pantin. 

Son écriture chorégraphique s’inspire particulièrement des toiles du XVIIe et XVIIe siècle. Les techniques du clair obscur et du sfumato sont essentielles pour comprendre ses créations qui laissent apparaître des espaces sombres et invisibles. Cette similitude avec sa propre réalité visuelle le mène à écrire le solo Sens Caché et à co-écrire la pièce SOCCUS. Il y développe un travail avec Angèle Besson dont la création lumière est un élément central. Il appréhende l'espace qui l'entoure par un repérage de pleins et de vides dont les contours se dessinent et s’effacent suivant son regard. Il interroge la dramaturgie de l’espace, les perspectives et le rapport aux distances avec comme désir d’effacer les frontières avec les spectateurs pour que le public devienne partie prenante de l’expérience.

Un continuum indispensable et inhérent à sa spécificité visuelle qui devient identité de sa danse, constamment empreinte et texturée par une approche délicate et sensorielle de son environnement.


Elodie Guillotin

Elodie explore le mouvement dans un engagement organique et instinctif du corps, où la musique est fondamentale. Très tôt, son expérience l’engage dans des processus d’apprentissage immersif et professionnel qui l’emmènent vers des projets collectifs forts à la fois sur scène et dans la rue. Avec une formation en danse contemporaine et danses Mandingues, elle développe son adaptation des cultures multiples. Sa formation pluridisciplinaire axe ses recherches sur la perméabilité, les contrastes et les zones de frottement du mouvement. Sa rencontre avec les danses hip-hop est le point de convergence crucial de l’ensemble de ses pratiques et corporalités.

Elle participe à de nombreux projets comme danseuse et chorégraphe mêlant audiovisuel, arts visuels et musicalité. Ses formats d’expressions, à la frontière de plusieurs esthétiques, sont sans cesse irrigués par son environnement, prétexte à décloisonner et rendre sa pratique transversale. 

 

Elle intervient en travail d'interprétation scénique à Trempo à Nantes auprès des étudiants de la formation MuMa (Musicien.ne musiques actuelles). Elle est danseuse interprète dans la création à distribution variable RECOVERING de Linda Hayford co-directrice du CCNRB.

 


Lara Gouix

Danseuse interprète, Lara est diplômée du Pont Supérieur de Nantes avec un DE en Danse Contemporaine, elle étudie au CNDC d’Angers pour poursuivre sa formation et participe aux dispositifs Création en Cours et Transat des Ateliers de Médicis. Depuis elle collabore avec Agata Jarosova, pour la création du duo Les Habités. Actuellement danseuse pour la Compagnie NOESIS à Caen, création Ec(h)os. Elle rejoint en 2021 le travail de recherche chorégraphique de Sarah Pellerin-Ott, pour le duo La Flemme et intègre la Compagnie 303 pour sa nouvelle création, La Part du Ciel. La même année Lara est invitée à participer à des laboratoires de recherches artistiques réunissant architectes, musiciens, plasticiens, comédiens : Archipel - La Coopérative Chorégraphique et Colors & Movements - Neuvième Ruche.

 

Parallèlement Lara se forme à la pratique du Zen Shiatsu japonais, soin énergétique et art du toucher basée sur la médecine traditionnelle chinoise. Ses lectures imprégnées d’art et de savoirs ancestraux inspirent sa recherche mêlant sensations individuelles, organisations anatomiques et physiologiques. Elle cherche à faire émerger les énergies mémorielles qui nous traversent et incarne la porosité des corps dans une recherche en mouvement traitant des profondeurs de l’être, de ses points d’appui et de déséquilibre. Une danse traversée, imprégnée, une danse bilan.

 

 


Pierre Larrat

Artiste, designer et danseur, Pierre est diplômé d’un master de direction artistique en communication visuelle à Nantes. Très jeune il est sensibilisé aux enjeux sociaux que portent à cœur le breakdance et en devient fervent pratiquant. Son statut d’indépendant lui permet de développer sa pratique de danseur qui le familiarise aux contextes d’improvisation et de connexion des corps.

 

Attentif aux interactions qui prennent place au sein de notre société, il écrit et image des propositions et pistes de réflexion vis-à-vis de l’environnement quotidien suite à quoi il rejoint la revue d’urbanisme Sur-Mesure. C’est à l’étranger qu’il se convainc de son rôle à jouer en tant que designer pour une société plus désirable. Il intègre alors l’agence de design de politiques publiques Vraiment Vraiment. En 2022 il décide de se former au design circulaire et au design d’objet au sein du fablab Villette Makerz du parc de la Villette à Paris. Il y rédigera la publication Objet-Corps mettant en relation la matière corps et son objectivation. Sujet de recherche mettant en jeu le corps comme objet plastique questionnant notre relation au monde. Cette pluralité des cultures et des pratiques deviennent matières à théorisation et supports d’expressions qu’il s’agisse de typographie, photographie, vidéo, scénographie et écriture chorégraphique.

 


Les partenaires


Partenaires institutionnels

Partenaires financiers

Partenaires de projets